Corsaire

Illustration

 

CORSAIRE

Aride et solennelle, une grève s’étale
D’un cap à une digue où se blottit un port.
Alors que souffle un vent du large vraiment fort,

Je la parcours, poussé par sa poigne brutale.

J’aperçois sur le sable un gros chien qui détale

                               Pour poursuivre un oiseau de mer qui, sans effort,

Prend son envol et va se poser sur le fort

Protégeant la cité  d’une attaque fatale.

Il nargue encor l’Anglais, ce vieux fort de Vauban

Et je vois ce marin grimpé dans le hauban,

Apostrophant, le sabre à la main, l’adversaire.

Je rejoins « Le Renard »,  puissant cotre à hunier,

Avec Robert Surcouf, le plus fameux corsaire,

Comme simple marin ou maître canonnier.

 

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s