Bribes 9

9                                                                        Illustration

Je longe des rivières languissantes

Par manque d’eau

D’autres turbulentes

Au bord desquelles poussent des forêts accablées de  feuillages

Gavé de fleurs le jardin  éructe des parfums et des couleurs

Je dévale joyeux la colline

Dans un nuage d’oiseaux primesautiers
Et m’étends au pied de l’arbre

Aux racines écartées comme des orteils

Effleurant du sol les cailloux
Sous un soleil de printemps

Prodiguant ses caresses aux frondaisons

J’emprunte une route que découpent en tranches de lumière
Les ombres parallèles des ormes qui la bordent

Voyageur imprudent, je parcours l’atmosphère

Où la terre dessine une parfaite sphère

Bleue avec l’océan lui  donnant  sa couleur

Et la forme d’un fruit au noyau de chaleur.

Je traverse l’ajonc de cette immense lande

Qui s’étend jusqu’au bout de ce lieu de légende

Le soleil sur la mer très doucement descend

Poser avec douceur sur ses lèvres humides

De longs baisers de feu sous des cieux si livides

Parce qu’ils sont jaloux de ces noces de sang

 

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s