A Force d’ Aimer

A force d’aimer

j’ai usé mon cœur

à  des instants de bonheur

à des moments de douleur

A force d’aimer

j’ai usé mes lèvres

à des baisers de fièvre

         amoureuse

à des chairs langoureuses

A force d’aimer

j’ai usé mon cœur

à des matins de joie

à des soirs que broie

la pierre du malheur

A force d’aimer

j’ ai usé mes mains

sur des corps humains

et mes pieds sur des chemins

pour aller vers toi

malgré le froid

et je ne regrette rien.

Illustration

Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour A Force d’ Aimer

  1. filamots dit :

    Ne jamais rien regretter 🙂

    • Certes , mais :

      Dans l’ombre de ton sourire
      nous cachons nos baisers

      A l’ombre de ton regard
      Je contemple la mer

      A l’ombre de ton corps
      je caresse tes formes

      Pourrons-nous toujours vivre
      à l’ombre du désir ?

      • filamots dit :

        Réponse bien poétique. 🙂
        Zéphyr alias arbrealettres m’avait bien dit combien vous l’ êtes et votre réponse très belle, est vraiment égale à ce qu’il m’avait annoncé.
        L’univers d’un poème se conjugue vraiment à l’infini.

  2. Ping : A Force d’ Aimer (via Jeanbaptistebesnard’s Blog) « Filamots

  3. Harmony dit :

    Si on pouvait trouver de suite l’amour qui dure toujours,ce serait le paradis mais l’essentiel est d’enfin avoir rencontré l’être qui compte plus que tout et de vieillir ensemble.

  4. Drenagoram dit :

    Autant être en Lumières ,
    Dans le Souffle d’Envies ,
    Laisser Hâler en Mère ,
    Ces Instants d’Onde Chérit .
    NéO~

  5. Nathalie dit :

    C’est d’actualité avec le mariage princier aujourd’hui!

  6. Solange dit :

    l’amour est donc usant ?
    l’amour en tout cas demande beaucoup d’énergie. L’amour n’est jamais ni simple ni facile. L’amour est à la fois bonheur et douleur. J’aime beaucoup ce poème Jean-Baptiste. Contrairement à toi, il m’arrive parfois de regretter d’avoir tellement aimé.

    • On peut effectivement se fatiguer à force d’aimer, après avoir connu plusieurs déceptions, jusqu’à ce que l’on rencontre enfin l’être qui acceptera de poursuivre le chemin sur lequel on fut si souvent abandonné.. Merci pour avoir aimé ce poème qui résume tout un parcours.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s